Textes écrits par les participants

Fragments ou nouvelles, récits ou poèmes, issus de multiples propositions, ces textes ont été écrits par les participants de mes ateliers d'écriture. Joyeuse lecture !

 
 
 

Le banc des enfants

J’ai passé une partie de mon existence dans un grenier, recouvert d’une lourde bâche en toile verte, rêche et usée. Elle était trouée par endroits et laissait passer la lumière du jour qui provenait d’une des lucarnes du toit.
Je quittais mon repère ...
 

Sourderie - Episode 1


José a un vélo dans la tête.
Un petit vélo.Pas de petit-fils ou de petite fille pour le suivre, …quand il part de la rue « écoute s’il pleut » où il habite et va faire le tour du bassin de la Sourderie. Depuis le retour de vacances au Portugal, cett ...
 

La cuillère


Elliptique ustensile à bouche-amuse. Dans un ovale parfait, elle affiche charme et rondeur. Emplie de féminité par ses courbes graciles, élégante et voluptueuse, elle est conviée à tous les palais, des plus escarpés aux plus délicats. Son cuilleron, ...
 

Enfance immortelle


Réfugiés dans la  cabane
Sous la chaleur de la savane
Ils s'émerveillent  tels des enfants
Devant le début du printemps.
Lentement s'avance la nuit
Peu à peu diminuent les bruits.
Sans retomber dans l'enfance
S'ouvrant à la transparence,
L'â ...
 

Ile en elle


Elle est usée mais encore très belle. Elle est seule, comme abandonnée. Il a fallu une île inhabitée, une étendue d’eau pour mettre des distances avec un passé trop lourd et douloureux. Elle fuit. Loin. Loin des hommes, loin des cœurs. Loin, pour s’a ...
 

Journal d'un personnage


Baralingeur à Oint sur Mer, attachiste à Bordotul, musardier à Arebeau, esclandrier à Aix les Airs, fumiste à Laboltouq, ensemblier à Courmège, par dessus tout, cerise sur le gâteau, polimenteur à Parimans, Rabat-langue à Château La Pompe, virager à ...
 

Les 10 mots


Quand les regards s’apprivoisent et que le silence se fait
Quand la douceur se conjugue avec tact et délicatesse
Quand le Nord ne s’affiche plus sur la boussole des sens
Quand l’émotion est si ténue que toutes palabres seraient injure
Quand le rh ...
 

Respiration


Emportée par un mouvement intérieur
Rythmée par mon souffle court
Caressée par un vent doux et sensuel

Je marche

Sentir ma présence au monde
Dans la simplicité d’un bruit de cloche rassurant
Ou la couleur puissante d’un bouton d’or à pein ...
 

Un bon couscous


Je me demande bien ce qu'il est venu faire là ce zigue. Depuis trois ans on fait équipe et je ne comprends toujours pas. L'est pas des nôtres, je le sens.
Il parle pas, il reste jamais boire un coup quand on a fini. Et puis il cause pas. Il n'est pa ...
 

Demain j'aurai 6 ans


Avec ses cheveux frisés et ses taches de rousseur, on pourrait croire qu’il s’appelle poil de carotte. Mais non, ses parents l’ont appelé Noah. Il n’a pas de frères et sœurs. Aujourd’hui c’est la veille de son anniversaire. Demain, il aura 6 ans.
No ...
 

Une belle journée sous les tropiques


Une belle journée sous les tropiques

Dans un creux du rivage elle cherche des coquillages.

La mer est calme un léger ressac trouble à peine le silence.

Des oiseaux piqueurs marquent le sable de leurs griffes, fouillant le sable en quête de n ...
 

En amour


En amour il n’existe pas de milieu,
De point d’équilibre.
On aime à vie,
On aime à mort.
L’amour est un fil tendu entre le sublime
et
L’abîme. ...
 

Tes bras me manquent


Tes bras me manquent
Ton odeur au creux de ton cou
Cette certaine assurance
Cette fierté reconnue
Et ton sourire maladroit
Ton regard, ta patience
Ton aisance
Les plus belles paroles
Et cette beauté touchante
Délicates attentions
Prudence e ...
 

Le monde


Le monde appartient aux écrivains
Le monde appartient à ceux qui
parcourent le monde,
A ceux qui rêvent,
A ceux qui se perdent. ...
 

Ballade tes larmes


Ballade tes larmes
Dans la rue
Ballade tes failles
Dans les rails
De mon âme. ...
 

Haïkus... et Tankas


Caillou lisse et nuage blanc
joli petit bâton marron
regard d'enfant.

Le jour se lève
la fenêtre est ouverte
le rêve s'envole.

Cheveux au vent
odeurs d'automne
un marron tombe et rebondit.

Sensations salées sur mon front
grondement de ...
 

Sourderie - Episode 2


7 mares
En sortant du supermarché, complètement enserré dans le béton des immeubles, Vu Quang s’amuse toujours du panonceau : bienvenue aux 7 mares !
Y a-t-il jamais eu des mares autres que ces flaques qui remplacent trop souvent les pavés manquant ...
 

Temps de repos


Temps de repos. Sieste imprévue et familiale. Mère et fille nous flottons entre veille et sommeil : douceur de cet espace transitoire. Se laisser aller, donner libre court aux pensées, aux rêveries, aux images spontanées. Le corps repose, lourd, dans ...
 

Celles-là ...


Celle qui caresse le front des enfants aux paupières lourdes de sommeil et veillent sur leurs rêves montant vers l’azur comme des papillons,
celle qui chante observant aurore et couchant embraser l’horizon, un horizon bleu comme l’océan, blanc comm ...
 

Adossée à la fenêtre ...


Adossée à la fenêtre qui laisse passer les bruits de la rue, mon regard a embrassé l’intérieur de cette pièce. Des fauteuils « crapaud » recouverts du même tissu vieillot et usagé que les rideaux ; ma grand-mère assise travaillant, cousant sur des ma ...
 

Femme libre


Celle qui, enfant non désirée, pris racine dans le ventre de sa mère en des temps de privations, de bombardements, de couvre-feu et de peur ;
Celle qui fut nourrie du pauvre lait maternel jusqu'à ce que la source en soit tarie ;
Celle dont le pain ...
 

L'oeuf transfiguré


L'objet était d'un blanc pur et inaltérable, de forme ovoïde, s'enorgueillissant d'une multitude de couleurs toutes plus douces à mes yeux les unes que les autres. Posé à plat sur le marbre froid et noir de la cheminée il était un signe. Un signe de ...
 

Poli-chinelle, monte à l'échelle


« Poli-chinelle, monte à l’échelle, casse un barreau et tombe à l’eau. Plouf ! ». Je passe ma tête par la fenêtre pour dire à Nathalie qu’elle arrête de chanter aussi fort. Elle me casse les oreilles et j’arrive pas à me concentrer. Elle est gentille ...
 

Instant photographié


Celui qui touche pour la première fois la peau de son enfant, qui la caresse, qui la respire ; celui qui commande son kebab au camion ambulant avant l’ouverture des grilles pour le match ; celui qui, debout sur les pédales de son vélo, jette un coup ...
 

Alberto


Alberto est invité à manger chez sa collègue ce soir. Il est heureux et angoissé à la fois : c’est la première fois qu’il sort après 20h. Il faut dire que son air de famille avec Quasimodo l’oblige à rester cloîtré chez lui à la nuit tombée, sous pei ...
 

Kalium Bichronicum 7 ch


Ce tube de Kalium, nom savant parmi tant d’autres, tube de granules homéopathiques parmi tant d’autres, m’accompagne tous les soirs sauf les mercredi et dimanche, depuis maintenant quatre mois. Il remplace Poumon Histamine, mon ex-compagnon du soir p ...
 

Dormir en Egypte


« Oui, j'ai dormi en Égypte...au musée archéologique du Caire »
Ce voyage en Égypte, nous l'avions rêvé depuis toujours et préparé depuis longtemps. Cependant, tout concourrait, dès le départ, à le rendre agaçant.
Notre première journée du séjour ...
 

Ces lieux où l'on a dormi ... Fragments brésiliens


Voilà déjà plus de deux mois que je sillonne une infime partie de l’Est brésilien. A quelques jours de mon retour en France, une amie vient me rejoindre et nous découvrons ensemble de nouvelles perles précieuses dans cette immense boîte à bijoux qu’e ...
 

La crêche


L’ange dit : La nuit est tombée, le souffle du dehors anime la paille fraîche
Le sonneur dit : Un couple apparaît au loin derrière une vieille charrette
Un mouton bêle : La femme pliée en deux gémit et s’arque boute
Le mendiant dit : Il lui faut u ...
 

Le vélo


J’avais dix ans, et pas de vélo. C’était cruel et injuste. On m’en promit un pour Noël.
Un jeudi de décembre où je pénétrais par effraction dans l’atelier interdit de mon père, celui d’hiver à côté de la chaudière, je vis au sol une carcasse de cycl ...
 

Madame Simonet


Madame Simonet était une voisine de mes grands-parents maternels, Joseph et Eugénie, chez qui nous passions, avec régularité et un certain entêtement, toutes nos vacances d'été.
Tous trois habitaient depuis toujours le Cros Burtaud, minuscule hamea ...
 

Seuil


« Alors, vraiment, ce n’est pas le moment ! »

Claudine parlait toute seule, emportée par son tumulte intérieur. Marie-Pierre et Benjamin, ses compagnons d’escapade estivale avaient décidé de partir à pied… en pèlerinage ; et bien sûr, ils comptaie ...
 

Toile de Jasmin


Joseph ne parlait pas.
Il marchait, scrutant tout à tour les pierres à ses pieds, l’horizon à son matin.
"Ne suis pas les ânes, conduit-les !" Mieux vaut le conseil d’un père, qu’une prophétie sur Facebook.
"Ne poses pas de questions", avait dit l ...
 

Autour de mon enfance


Enfance tu danses dans la douceur, dans la chaleur, dans le bonheur
Enfance tu t’entoures de parents, grands-parents et autres enfants
Enfance tu te nourris de jouets, de dessins animés, de liberté
Enfance tu te plonges dans l’Océan, l’insouciant, ...
 

Vue d'en haut, vue d'en bas


Nous nous rendons aujourd’hui dans les hautes Pyrénées, au lieu-dit « caramuerte », à la rencontre de Jean-Luc Valtone. Il y a deux ans que cet homme d’une quarantaine d’années a investi un cabanon abandonné à 1700 mètres d’altitude où il vit seul av ...
 

Appel en absence


Quand je suis arrivé au bord de l’étang du Sarladais, y’avait des pêcheurs de l’autre côté mais je les ai pas calculé. J’ai laissé mon scoot et j’ai couru vers l’eau. Je l’ai tout de suite vue, d’abord la voiture puis sa tignasse blonde qui flottait. ...
 

Souffle dans mon souffle


Autour de ce hameau
il y a notre histoire.

Il y a l'odeur du troupeau
qui monte à l'alpage chaque matin
et celle en toute saison du feu dans les poèles.
...
Autour de ce hameau d'altitude
résonne en moi pour toujours
le son des clarines
e ...
 

Dernier métro



Porté par le flot, saisi par le grondement souterrain de la rame qui approche, j’accélérais l’allure. Trop tard, elle partait alors que j’arrivais sur le quai.
Prochain train dans 6 minutes.
J’avais couru et pourtant j’avais tout mon temps.
Le p ...
 

Au temps de mon enfance


Au temps de mon enfance, on se déplace à pieds, il n'est pas possible d'être pressé.
Dans mon enfance, les légumes se cultivent au jardin, les pommes sont des fruits d'automne et les cerises ceux de l'été.
Au cours de mon enfance, le confort est ar ...
 

L'homme qui ne savait pas rire


Jeannot, non, ce n'est pas le lapin, mais son gardien. c'est le garde-chasse qui protège la forêt contre ses prédateurs. Les animaux de la forêt le connaissent bien. Les lapins, les oiseaux, les écureuils  se cachent quand ils le voient arriver, mais ...
 

Le chat botté


8 h - Carabin s'est habillé pour sortir. Il caresse son chat le seul compagnon à qui il puisse se fier. Le chat miaule : "Non, il n'y a plus rien à manger. Plus d'argent".
9h - Il va à la faculté de médecine, où il redouble sa 3e année. Comment étu ...
 

La première fois que je suis mort


Certains pensent que l'on n'a qu'une vie . On a même fait des expressions : "on n'a qu'une vie, hein, faut en profiter"...."profites-z-en, on ne vit qu'une fois..."
Quelle chance ils ont.
Ils ne se rappellent de rien.
De leurs vies, de leurs mort ...
 

Autour de mon enfance ...


Il y a en premier lieu, un bruit des tramways grinçant et tintinnabulant ;
Il y a des tiroirs mystérieux que j’inventoriais sans vergogne et des tas d'échantillons d'étoffes multicolores que je manipulais avec ravissement
Puis, il y a un jardinet q ...
 

Charles Baudelaire m'a dit ...



Charles Baudelaire m'a dit : "Laisse ton âme divaguer dans le brouillard, ton stylo va suivre."
Charles Baudelaire me disait parfois : " J'ai joué avec le spleen avec tant de plaisir... jusqu'au jour où il m'a engloutie."
Charles Baudelaire me co ...
 

A propos d'un ruban bleu


A mon tour, je veux te serrer,
T’attacher avec ce ruban bleu,
Sur la terre t’enrouler avec le bleu du ciel
Pour ne plus me quitter
N’avoir plus à revenir

C’est moi, ce serpent
Qui s’enroule autour de ta vie.
Ma vision du ciel
Ne prête pas s ...
 

L'éraflure


Il avait beaucoup plu en ce début d'automne aux  journées encore chaudes et la végétation s'était comme défoulée, lançant bien haut ses ramifications, telles de grands bras menaçants décidés à envahir toutes choses comme s'ils voulaient les digérer. ...
 

Le rêve et la conscience


Décembre 1981 - Il fait très chaud ; ils sont en vacances à Mombassa et c'est l'heure de la sieste. Le temps semble s'être arrêté dans le hall du petit hôtel dont le silence est seulement troublé par le bruit des pales d'un ventilateur ;   le soleil  ...
 

Passe, passe le temps


Passe, passe le temps, mais il n'est jamais trop tard, même s'il n'y en a plus pour très longtemps.
Un morceau de métal blanc, brillant, rectangulaire. De chaque côté se rattachent et s’échappent deux lanières de cuir noir qui se rejoignent et se fi ...
 

Je ne suis pas le poème.


Je ne suis pas le poème, peut-être le tam-tam.
Si j’étais un poète, je dirais combien m’émeut
Le lever du soleil, la tombée de la nuit,
La fleur qui s’ouvre au jour et celle qui se fane,
La grâce d’un enfant et tes yeux malicieux.
Je ne suis qu’ ...
 

Jols


Jocelyne avait toujours méprisé son signe astrologique : Poissons, ascendant poissons ! Elle détestait. D’abord, elle n’aimait pas le poisson, ni les crevettes, ni les mollusques divers sortis de mer. Dégueulasse ! Un goût fadasse, une odeur de marée ...
 

SOS Ecureuils


Il y avait eu cette urgence à vider la maison. Elle n’avait pas vraiment compris pourquoi et d’ailleurs elle n’avait pas eu à l’esprit de poser la question. Quand son oncle lui téléphona, l’informant que ses cousins seraient eux aussi présents, elle ...
 

Vivante


Il lui sembla sentir sur elle le regard de la statue du Cupidon joufflu et enjoué auprès duquel elle avait recherché réconfort. Elle avait  choisi cette table sous les ombrages des tilleuls majestueux qui laissaient filtrer une verte lumière rafraich ...
 

Oignon


Oignon , mon bel oignon quel est ton mystère?
Objet de mes fantasmes il me faut te déshabiller couche après couche.
De ta pelure cuivrée et sèche qui craque à la fin de l'hiver jusqu'aux plus fraîches de tes entrailles. Le chemin sera long et je pr ...
 

L'envol de l'Ombre


Chuchotis, roulis,
murmure de l'Ombre,
par les herbes et les fruits de ses bordures amies.
Son voyage promesse...
M'inviter à sa danse transparente
à sa caresse …
Son grain doré !
Mémoire de la pierre et de la terre
en mots cristallins ...
 

L'ombre des mots


Se ramener à son intériorité par cette harmonie verdoyante.
Roucouler de ce moment solitaire, les yeux dans l'infini, bercer ce mouvement incessant des nuages et se suspendre à rêver.
Quel est ce fou irrédié par sa foutue fougue ?
Tel un têtard so ...
 

Regarder l'ombre...


Regarder l'ombre, écouter l'Ombre, laisser... couler l'Ombre, manger les moutons, se promener les nuages, parler les enfants et... sentir la paix environnante... la chaleur, la moiteur, l'humidité... frissonner, avoir chaud... profiter des contrastes ...
 

Main gauche


Un jour, ma main gauche a décidé d’ignorer ma main droite.
Comme ça, du jour au lendemain, sans crier gare.
Et oui c’est elle qui a décidé !.. Et oui ! Elle en avait assez d’être toujours de côté : jamais utilisée, celle qui ne fait pas, celle qui ...
 

Tout reste


En pointillé je suis à moi même. Le temps s’allonge en heures lascives et cruelles.
Je suis.
L’arbre ne se soucie pas de la feuille de l’automne, la feuille ne sait pas qu’il est bien tard.
Comment peut-on créer la vie et chérir ses enfants si l’é ...
 

Dans la réalité, donc...


Dans la réalité, donc, il le découvre, cette fourmi minuscule qui court fébrilement sur le dos de sa main ne ferait qu’une bouchée du gros mouton stupide qui broutait tout à l’heure et broute sûrement toujours mais qui, enfin inutilement rendu au mon ...
 

Le temps, précieux


Pactole inéstimable, crédit vital, expérance infinie
Inconsciente jeunesse
Le savoir ne vient que lorsque le meilleur s'en est allé
Le trésor s'épuise lentement, inexorablement
La fougue l'a brûlé
L'impatience érodé
La convoitise et l'ambition ...
 

Brise


La douce chaleur de l’été commençant m’enveloppa et je me félicitais d’avoir accepté une fois de plus d’accompagner mes parents dans cette partie du Morbihan que j’appréciais de plus en plus. En fermant les yeux, le clapotis  des vagues me parvenait ...
 

Rien ou presque


Ce matin, vous n’avez rien à écrire et à dire d’ailleurs 
Une partie de cache-cache commencée avec les mots depuis si longtemps déjà
Vous  êtes habitués
Yeux bandés, mains à tâtons aujourd’hui cela ressemble  à colin-maillard
Vous tombez sur RIEN ...
 

Prendre une décision


Ça y est, je me lance : il s’agit de PRENDRE UNE RESOLUTION.
Je commence par PRENDRE, c’est un mot si vaste... quelques précisions s’imposent.
Je prends donc l’itinéraire du dictionnaire, pas bien compliqué, c’est tout balisé.
Ça commence d’abord ...
 

Au gré de la pluie


La cloche de l'école a sonné, les enfants se rangent les uns derrière les autres.
En un instant la placette est noire de monde : les papas et les mamans ont les
bras chargés d'impers, de k-way rose, de parapluies kitty car la pluie a remplacé
le c ...
 

Face au monde


Dans la pénombre, il a l'air endormi, en réalité il rêve tout éveillé. Il n'aime pas
la froideur du monde dans lequel il vit, donc il a décidé que chaque nuit il
s'inventerait un monde tout à lui. C'est le soir de Noël, il est seul, ce monde
nouve ...
 

Plus libre est la chute


Elle m'a demandé ce que je voulais boire. J'ai répondu « un sirop, mademoiselle». Mais cela n'a pas suffit. Il a fallu préciser, expliciter. Citron ? Framboise ? Ou peut-être quelque-chose de plus exotique, ananas ? Fruit de la passion, noix de coco ...
 

Nos souvenirs de Louis


Mon père se prénommait Louis. Alphonse de son deuxième prénom. Je ne l'ai pas connu longtemps puisqu'il a disparu quand j'avais cinq ans, terrassé par une violente grippe contractée en Chine. Il s'y rendait deux fois par an, pour le compte de la Comp ...
 

Lettre et le néant


Dit-on Concerto au singulier et concerti, sans "s", au pluriel ? Le mot s'il vient de l'italien l'autorise, mais avez-vous jamais entendu concerti ? Ah les mots, entrelacs de lettres, entre lacs de l'être. Il suffit d'en changer une ou tout simplemen ...
 

Un moment d'écriture


Longtemps je me suis censurée, je ne pouvais pas, je ne savais pas. Un champ stérile.<
Je réduisais mon énergie créative à l’écriture de cartes postales ou à de longues lettres à mes amis dispersés : Internet et les portables n’existaient pas. Encor ...
 

Arbre


Le jardin du château de Courbeville, esplanade policée, est en surplomb d’un mur vertigineux situé Nord Est.
Hors les murs, un frêne dépasse ce mur d’enceinte. Un quart de sa hauteur est visible de l’esplanade.
Quand le regard plonge par-dessus le ...
 

Lumière d'espoir


Elle a parcouru les allées du jardin des tropiques
Respirée la paix des plantes exotiques
Le souffle affolé par la chaleur climatique
Elle se repose enfin dans ce coin magique
La promesse de l’ombre et de la lumière enlacée
Le sentiment de solit ...
 

Un soleil moins discret


Un soleil moins discret signe le début du printemps
Au bord de l’hiver, le feu crépite dans les yeux de l’enfant

Le cri du roi lion s’éteint au fond de la savane
Et avec lui l’écho éphémère de tous ces bruits
Qui font trembler la terre sous de ...
 

Des nuages naviguent dans la nuit


Des nuages naviguent dans la nuit,
Lecture nostalgique comme un lâcher du nid
Libre de louvoyer entre la lumière
Des lampes à l’éclairage naguère
Nourrissent l’ombre des noctambules
Nerveux sous leurs pas nocturnes
Au loin pointe le nez
De l’a ...
 

Deux cercles


Deux cercles à la surface de l’eau irisée
Le soleil scintille transperçant l’impalpable
L’âme fuit dans la nuit des eaux profondes
L’autre tombe dans ce reflet, transformé. ...
 

Isabelle Sarcey
393, Ch De Courbeville - F-69380 - Chessy Les Mines - France - Téléphone : 04 78 47 96 51
Crédit photos : Koryn Boisselier ©